Faible psychologiquement

Suis-je faible si je décide de consulter un psy ? (Question Psy #4)

Est-ce que je suis faible si je décide de consulter un psy ? (Question Psy #4)

—-

Nous traversons tous des moments où nous avons besoin d’aide.

➡ Imaginez un homme qui arrive à l’hôpital avec une blessure à la jambe. Est-ce faible de sa part de demander de l’aide ou est-ce du bon sens ?

➡ Imaginez une femme qui arrive chez le psychologue dans un état dépressif. Est-ce faible de sa part de demander de l’aide ou est-ce du bon sens ?

ORIGINES

Oser demander de l’aide est quelque chose de normal, mais ce n’est pas une qualité valorisée dans notre société. Pour comprendre l’origine de cette gêne, revenons en arrière. Pendant des siècles, avouer une faiblesse, c’était maximiser nos chances de terminer en chair à saucisses. 🌭 Imaginez ces périodes de vache maigre, où le moindre signe de faiblesse était interprété comme une excuse pour vous sortir de la communauté, permettant ainsi d’augmenter les portions individuelles de nourriture. Ces comportements de survie sont d’ailleurs toujours d’actualité, dès que le milieu devient anxiogène et/ou dangereux. Dans l’inconscient collectif, l’équation est donc assez simple : « montrer qu’on a besoin d’aide ou qu’on est faible, c’est être vulnérable ». Or, personne n’aime être vulnérable… ! Surtout pas dans un milieu avec des ennemis potentiels. Aller voir un psy rentre dans cette perspective : montrer sa vulnérabilité à quelqu’un qu’on ne connaît pas, c’est extrêmement compliqué ! Passage à l’action d’autant plus difficile s’il y a déjà eu trahison par le passé.

OUVERTURE

C’est toutefois bien dans l’ouverture à l’autre, « je te fais confiance, voici où j’ai besoin d’aide, voici les questions que j’ai », que la rencontre est possible. Or, combien d’élèves apprennent très tôt qu’il vaut mieux ne pas demander au professeur s’ils ne comprennent pas le cours, afin d’éviter de se faire mal voir ? Combien d’enfants apprennent très tôt qu’il ne faut compter que sur soi-même ? En bref, que montrer qu’on a besoin d’aide, c’est prendre le risque de se faire dévorer par l’environnement ?

CONFIANCE

Or être « fort », au sens noble du terme, c’est aussi avoir le courage de se faire aider, même si cela peut-être perçu par soi-même ou l’entourage comme une marque de faiblesse. Lorsqu’on décide qu’avoir besoin d’aide relève du bon sens et que le monde ne va pas nous bouffer, quelque chose va se détendre en nous. Il n’y a alors plus rien à « tenir », mais tout à lâcher… et c’est là que le travail intérieur commence ! 💪

__

Vous avez une question psy ? Foncez en commentaires ! Certaines feront l’objet d’un prochain article 🎁

Article précédent : « Que faire si je tombe sur un faux psychologue ? » (disponible sur le Blog www . monpsychologueantibes . com)

#maximetarcher #psychologueantibes #questionpsydujour #psyantibes #psychotherapie #maximetarcherdoctolib

%d blogueurs aiment cette page :